lundi 21 avril 2014

Retour aux affaires!

Et voilà, retour aux affaires, après une période de mutisme hivernal.
Quoi de neuf aux Grangeons en ce printemps 2014? Plutôt qu'un long discours, mieux vaut des images parlantes, je vous propose donc de résumer les choses en photos.
Après un début d'hiver dans la lignée de 2013, soit de la pluie, et encore de la pluie, les cieux sont devenus soudain très cléments à partir de début mars,


permettant de tailler le soleil dans le dos, dans les yeux et dans la tête, ce qui a fait beaucoup de bien, après deux années dures dures, et un moral un peu en berne...
















Il a tout de même fallu activer la cadence, car la grande douceur, fort agréable au demeurant, a précipité le redémarrage de la vigne vers la fin mars. Presque 3 semaines d'avance par rapport à 2013 !! Les années se suivent et ne se ressemblent pas (ouf !).

Sur les graviers, à Rossillon! Vieux Chardos/ Gamays à cajoler...
La grande nouveauté de l'année pour le domaine des Grangeons de l'Albarine, c'est l'agrandissement : reprise d'un demi hectare de vignes sur la commune de Rossillon.
Ces vignes se libérant de leur fermier (ou l'inverse), j'ai sauté sur l'opportunité pour tenter l'aventure de m'agrandir avec des vignes en production (plutôt que de planter), même si les parcelles sont à une quinzaine de kilomètres d'Argis. Un pas de plus pour moi comme vigneron, à mi-temps désormais! Il s'agit de vignes d'une quarantaine d'années (on pourra déjà parler de "vielles vignes" donc) avec pour moitié du Chardonnay, et pour moitié du Gamay, issues de sélection massale (c'est important pour la diversité génétique, et la diversité aromatique des vins).  Diversification de cépages donc, retour à mes premières amours (cf expériences en Mâconnais sur le Chardo et Beaujolais sur le Gamay). Diversification aussi en termes de terroir : les parcelles sont établies en plaine, sur des terrains alluvionnaires de galets roulés par la rivière (Furans) voisine. Donc plein de nouvelles (et belles) choses en perspective pour la gamme des vins des Grangeons.


Le beau temps sec a permis par ailleurs de reprendre efficacement les travaux du sol vers la mi-avril.
avant griffage
après griffage...
des vignes "impeccables" sous un ciel radieux... Le rêve du vigneron!
 Puis, profitant de ne pas être trop à la bourre, une session de remplacement des pieds manquants dans les vignes a pu être organisée : 150 pieds d'Altesse, autant de ceps de Mondeuse. De quoi combler quelques "vides" dans les rangs, liés à des pieds n'ayant pas pris à la plantation, ou mort depuis, notamment du fait des premiers symptômes des satanées maladies du bois, causées par une cohorte de champignons se développant dans les troncs et contre lesquels on est relativement désarmés en tant que vignerons. Ce remplacement est un sacré investissement: niveau argent (1,3€ HT/pied), mais aussi niveau temps de travail. Il faut creuser un trou (tarière thermique pour moi), préparer le pied, le planter avec soin pour bien placer les racines, arroser au besoin, tuteurer les pieds pour les protéger des outils de travail du sol... Un investissement sur l'avenir.
en place pour quelques décennies... et de grands millésimes!
Bébés mondeuse deviendront grands

dans leur lit de cailloux, la tête vers les étoiles
  Maintenant, la vigne pousse tranquillement, malgré un retour de températures fraiches: on croise les doigts pour ne pas subir les dégâts du gel, qui a sévit la semaine passé (16-17 avril) dans bien des régions, dont la notre. Mais pas trop de problème à Argis (juste quelques rameaux les plus avancés ont été "grillés"), pourvu que ça dure... Beau printemps 2014 à tous!





Aucun commentaire:

Publier un commentaire