mardi 26 janvier 2016

Un essai qui pourrait être concluant

Le milllésime 2015 va nous réserver de belles surprises, c'est une certitude.
J'ai ainsi pu réaliser un essai grandeur nature cette année, en ramassant environ 450 kilos de raisins blancs de chasselas le 27 août, que j'ai mis à sécher dans de petites cagettes plastiques, sous ma grange (future maison) un peu comme ce qui est pratiqué dans le Jura voisin, pour l'élaboration du fameux vin de paille. Le but est de sécher les grains de raisins, et de faire se concentrer le jus qui devientalors très chargé en sucre et acide et arômes spécifiques au séchage.





Le 22 janvier 2016, après après de 5 mois de séchage j'ai pressé les raisins des caissettes dans un vieux pressoir à vis verticle que j'ai acheté à un "papy" pour l'occasion.




 Le pressurage à durée près de 20h (écoulage d'une nuit), pour obtenir 60 l de nectar: de raisins récoltés à 9,5% d'alcool potentiel, le jus pressé titre près de 19 %, soit 323 g/l de sucre! La concentration a doublé lors du séchage. Reste plus qu'à attendre que ce jus fermente dans les bonbonnes en verre données par l'ami Big Vinc' pour l'occasion. Le but est d'attendre que les levures 'calent' naturellement devant l'ampleur du sucre et de l'alcool en présence :l'équilibre potentiel idéal serait de 13% d'alcool acquis, et une centaine de grammes de sucre résiduels pour un moelleux 'nature'... Qui vivra verra cette petite douceur des Grangeons de l'Albarine! Santé


Aucun commentaire:

Publier un commentaire